ART /

Donner forme à l’éther

/

Commissariat : Pali Meursault

Du 19 juin au 27 novembre 2021

En un siècle d’existence, la radio est passée du statut de révolution technologique et culturelle à celui de commodité domestique et même d’instrument de communication presque désuet. Pourtant, derrière la familiarité du poste radio se déploient à l’infini les mystères des radiations : un éther électromagnétique auquel on a jadis attribué rien de moins que la vertu de donner sa cohésion au monde, et dont on mesure aujourd’hui un peu mieux à quel point il interagit avec l’univers, de l’échelle de l’atome jusqu’à celle du cosmos.


Nos corps, il est vrai, sont fort mal équipés pour percevoir les ondes électromagnétiques. Nos yeux ne traduisent en couleurs qu’une infime partie du spectre, tandis que leur vitesse et leur nature vibratoire nous reste insaisissable. Pour autant, l’exploitation technologique a rendu les ondes omniprésentes. Transmises par nos téléphones, nos ordinateurs, nos fours à micro-ondes, nos satellites ou dirigeant les drones qui nous surveillent, elles baignent nos existences physiques, organisent nos existences sociales et produisent la réalité médiatique et communicante de notre monde.

Donner forme à l’éther réunit des artistes pour qui la radio n’est pas seulement un véhicule pour les productions sonores. Elles et ils interrogent la transmission, abordent les radiations comme un matériau à part entière, entreprennent d’explorer les ondes, de les révéler ou de les sculpter. Profitant de la parenté vibratoire des manifestations électromagnétiques avec les circulations électriques ou les excitations acoustiques, c’est en sons ou en images que nous est offert un accès sensoriel à l’éther, et que nous nous trouvons confrontés au paradoxe de phénomènes à la fois naturels et médiatiques.

Les formes que ces artistes proposent contribuent ainsi à matérialiser une écologie des signaux, et révèlent à quel point le spectre électromagnétique est aussi un territoire politique : un écosystème médiatique dont les ressources sont en proie à l’extraction et la privatisation capitaliste, mais qui recèlent aussi des zones de liberté, des friches et des espaces de résistance.

Avec les œuvres de :
Dinah Bird & Jean-Philippe Renoult, Julien Clauss, Joyce Hinterding, Kaori Kinoshita & Alain della Negra, Nicolas Montgermont et le collectif ΠNode.

Et pour l’installation collective On: Transmission :
Anna Friz, Tetsuo Kogawa, Christina Kubisch, Victor Mazón Gardoqui, Mobile Radio (Sarah Washington & Knut Aufermann), Sisters Akousmatica (Julia Drouhin & Philippa Stafford), Juliette Volcler, Franz Xaver, Carl.Y et Elisabeth Zimmermann.


AUTOUR DE L’EXPOSITION :

Samedi 19 juin : Rencontre avec le commissaire de l’exposition Pali Meursault et les artistes, de 15h à 19h30.
Rendez-vous sur youtube à 17h pour une visite guidée –> https://www.youtube.com/c/EspacemultimédiagantnerBourogne

A voir sur toute la durée de l’exposition, sur notre chaîne Youtube ou en nos murs
« Wrangling chaos, a journey with David Haines and Joyce Hinterding » de Alain della Negra et Kaori Kinoshita